Le cercle de Culture

Echange et conseils sur ce qui nous donne envie de faire des cercles dans le blé.


    Les biais cognitifs

    Partagez
    avatar
    Eric
    Admin

    Messages : 9
    Date d'inscription : 09/09/2016
    Age : 36
    Localisation : Dans les gradins.

    Les biais cognitifs

    Message par Eric le Dim 18 Sep - 20:11

    Un biais cognitif est un mécanisme de la pensée, cause de déviation du jugement. Le terme biais fait référence à une déviation systématique par rapport à la réalité. L'étude des biais cognitifs fait l'objet de nombreux travaux en psychologie cognitive, en psychologie sociale et plus généralement dans les sciences cognitives.
    Certains de ces biais peuvent en fait être efficaces dans un milieu naturel tel que ceux qui ont hébergé l'évolution humaine, permettant une évaluation ou une action plus performante ; tandis qu'ils se révèlent inadaptés à un milieu artificiel moderne.


    Quelques exemples :

    Biais mnésique

    L’ancrage mental désigne la difficulté à se départir d'une première impression. C'est un biais cognitif qui pousse à se fier à l'information reçue en premier dans une prise de décision.

    Biais de jugement

    L’effet de halo, effet de notoriété ou encore effet de contamination, est un biais cognitif qui affecte la perception des gens ou de marques. C'est une interprétation et une perception sélective d'informations allant dans le sens d'une première impression que l'on cherche à confirmer. Une caractéristique jugée positive à propos d'une personne ou d'une collectivité a tendance à rendre plus positives les autres caractéristiques de cette personne, même sans les connaître (et inversement pour une caractéristique négative). Cet effet pourrait par exemple avoir un rôle dans des phénomènes comme le racisme.
    On peut ainsi montrer que des personnes sont jugées plus intelligentes que d'autres uniquement sur la base de leur attrait physique.
    Cela vaut également pour les marques. Une étude d'image avait demandé au milieu des années 1960 à des consommateurs de désigner les constructeurs allemands fabriquant les meilleurs électrophones. Ce fut le nom de Grundig qui arriva en tête alors même que jamais Grundig n'avait fabriqué d'électrophones.


    L’effet de simple exposition est un biais cognitif qui se caractérise par une augmentation de la probabilité d'avoir un sentiment positif envers quelqu'un ou quelque chose par la simple exposition répétée à cette personne ou cet objet. En d'autres termes plus nous sommes exposés à un stimulus (personne, produit de consommation, lieu) et plus il est probable que nous l'aimions.
    L'application la plus fréquente de cet effet cognitif est la publicité qui procède à la répétition du même message ou à la diffusion des mêmes marques de la manière la plus intensive possible. En France notamment, on a aussi évoqué le rôle des médias dans la popularisation des idées du Front national comme relevant d'un effet de simple exposition.

    L'effet râteau est un biais cognitif de jugement qui consiste à exagérer la régularité du hasard. Il revient à considérer qu'une répartition aléatoire, dans le temps ou dans l'espace, doit s'étaler selon des intervalles plus réguliers qu'ils ne le sont empiriquement. Un petit échantillon amplifie l'irrégularité de la répartition. Le biais repose sur l'absence de prise en considération de l'indépendance des événements.
    Ce biais a notamment été démontré par le physicien Edward Mills Purcell qui a écrit un programme remplissant de points une matrice, dans un premier temps selon le hasard le plus total, et la deuxième fois en ajoutant la condition qu'un point ne pouvait pas être ajouté immédiatement à côté d'un point existant. « En d'autres termes » analyse le sociologue Gérald Bronner, « ce programme déformait ce qu'aurait dû produire normalement le hasard en introduisant une "clause" d'étalement ». « Or, lorsqu'on présente à des sujets les résultats produits par les deux programmes, ceux-ci considèrent le plus souvent que le deuxième est plus vraisemblablement le résultat du hasard que le premier ».
    C'est cette vision déformée du hasard qui amène à penser qu'il existe une « loi des séries ».

    Biais de raisonnement

    Le biais de confirmation désigne le biais cognitif qui consiste à privilégier les informations confirmant ses idées préconçues ou ses hypothèses (sans considération pour la véracité de ces informations) et/ou à accorder moins de poids aux hypothèses jouant en défaveur de ses conceptions. En conséquence, les personnes sujettes à ce biais rassemblent des éléments ou se rappellent les informations mémorisées, de manière sélective, et les interprètent d'une manière biaisée. On dit aussi que les personnes « tirent la réalité » à elles.
    Les biais de confirmation apparaissent notamment autour de questions de nature affective et concernant des croyances établies. Par exemple, pour s'informer d'un sujet controversé, les personnes victimes d'un biais de confirmation préfèrent généralement lire des sources qui confirment ou affirment leur position actuelle. Elles ont aussi tendance à interpréter des preuves équivoques pour appuyer leur position actuelle.
    Les biais de confirmation contribuent à l'excès de confiance dans les croyances personnelles et peuvent maintenir ou renforcer les croyances face à des preuves contraires. Ils peuvent donc conduire à des décisions désastreuses, en particulier dans des contextes organisationnels, militaires, politiques ou sociaux.

    Biais liés à la personnalité

    L'effet Barnum, « effet Forer », « effet puits », « effet de validation subjective » ou « effet de validation personnelle », désigne un biais subjectif induisant toute personne à accepter une vague description de la personnalité comme s'appliquant spécifiquement à elle-même.
    avatar
    Eric
    Admin

    Messages : 9
    Date d'inscription : 09/09/2016
    Age : 36
    Localisation : Dans les gradins.

    Aversion à la perte...

    Message par Eric le Mer 21 Sep - 9:55


    Timothée

    Messages : 9
    Date d'inscription : 09/09/2016

    L'explication Monocausale

    Message par Timothée le Sam 24 Sep - 15:12

    Eric la vidéo que tu as partagée sur Facebook est super, tu as un texte de théâtre sur le complot qui jouerait avec tout ça ? Remarque c'est pas le cas de l'Usine justement ?



    De mon côté j'aime beaucoup aussi les conférences de l'astronome américain Neil Degrasse Tyson, il explique ici comment le cerveau nous trahit et pourquoi les témoignages de phénomènes "paranormaux" ne sont pas suffisants dans une approche scientifique :



    En plus long dans une autre conférence ici :



    A+
    avatar
    Eric
    Admin

    Messages : 9
    Date d'inscription : 09/09/2016
    Age : 36
    Localisation : Dans les gradins.

    Re: Les biais cognitifs

    Message par Eric le Sam 24 Sep - 15:17

    Le témoignage est le niveau de preuve le plus faible en matière de raisonnement scientifique (zététique, ou scepticisme scientifique).
    Y compris le sien.

    Acermandax est l'un des créateurs de la chaîne La Tronche en Biais, sur Youtube. Une super chaîne !

    J'adorerai trouver un texte de théâtre sur le sujet !

    Contenu sponsorisé

    Re: Les biais cognitifs

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Ven 23 Juin - 10:46